Qu’est-ce que le SGMⓇ ?

Il s’agit d’un massage globalisant, unifiant, dédié à la détente et au bien-être.

Issu du massage californien et créé dans les années 1960 par Margaret Elke, il s’appuie sur les apports de la Gestalt Théorie et de la Gestalt Thérapie.

Il s’adresse à la peau à la fois comme enveloppe corporelle donnant conscience à la personne massée de ses limites physiques, comme frontière avec le monde extérieur et comme contenant de la masse musculaire dont le massage est une partie importante d’une séance de SGM.

La nudité n’est cependant pas une condition pour recevoir un massage SGM : il peut être reçu nu, en sous-vêtements, les parties du corps ne faisant pas l’objet immédiat du massage peuvent être couvertes.

Le SGM est un massage très structuré, avec des schémas répétitifs : chaque partie du corps1 est massée successivement puis reliée aux parties qui lui sont le plus proches et à son hémicorps et chaque hémicorps est ensuite reliée à l’autre côté. Cette scansion du massage aide à la structuration du schéma corporel, à l’installation d’une confiance réelle entre la personne massée et la masseuse et permet un profond lâcher prise.

Celui-ci peut parfois n’intervenir qu’après plusieurs séances, en fonction de l’état de la personne qui vient recevoir un massage.

Le SGM est également un temps d’échanges et de formation personnelle : si la technique et le savoir faire de la praticienne favorisent lâcher prise et bien être, ceux-ci sont évidemment fonction de l’histoire, de l’état et des attentes de chacun.

« SENSITIVE fait allusion à la précision des mouvements.

GESTALT évoque l’expérience existentielle de l’ici et maintenant.

MASSAGE évoque les techniques dans leur grande variété, qui énergétisent, unifient et centrent la personne dont le ressenti propre en bénéficie. »

d’après Margaret ELKE, créatrice du SGM

 

On peut aussi le découvrir dans cette vidéo, tournée au centre Elzéard, à l’occasion d’un stage de formation. 

 

1Hormis la zone génitale